Blog
Blog
Blog
Blog
UX Research : quelle analyse en tirer pour améliorer votre site

A travers nos articles, notre mission est de vous éclairer autour de nos savoir-faire en web et nos connaissances du digital. Raconter nos métiers nous semble être un bon moyen de partager notre passion avec vous. Que vous soyez novice ou expert du web, que vous soyez web friendly ou webophobe, notre ambition est d'intéresser le plus grand nombre et d'apporter des réponses dans chacun de nos articles.

11 janvier 2022 separateur 1118 Vues separateur 12 MIN DE LECTURE
UX Research : quelle analyse en tirer pour améliorer votre site

UX Research pour améliorer l’expérience utilisateur de votre site

Quel dirigeant avec de nombreuses années d’expérience derrière lui n’oserait pas vous affirmer qu’il a appris à connaître les attentes de ses clients, ainsi que les méthodes infaillibles pour les faire aller là où il voulait les mener ? Très peu d’entre eux certifieront le contraire, et pour cause. Il est parfaitement normal, après de nombreuses situations d’échec et de remise en question, d’avoir l’impression d’avoir trouvé la clé qui permet de lire dans son client comme dans un livre ouvert. De penser savoir l’appréhender avec une justesse si subtile que l’on saurait presque à l’avance quoi lui proposer, avant même d’avoir écouté sa requête. Et que bien qu’il demeure une minorité d’imprévisibles, les autres restent majoritairement déchiffrables. Cependant, il ne faut pas oublier que cela émane d’un ressenti, dont l'efficacité ne peut être vérifiable sans étude préalable. Enfin, certaines situations nécessitent des données précises, démontrables et chiffrables sur notre cible pour avoir un réel impact. C’est notamment le cas dans l’élaboration d’une interface digitale (site web, application) dont un grand nombre de paramètres sont à prendre en compte, ne laissant pas de place à l”’à peu près”. Et c’est là que l’UX Research intervient.

L’UX Research dans la conception design

Récap sur l’UX Design

Avant de nous focaliser sur l’UX Research, il est important de rappeler ce qu’est l’UX Design dans sa globalité. L’UX désigne l’expérience utilisateur (User eXperience), c'est-à-dire ce que va vivre un internaute quand il va arriver sur votre site web, en tenant compte de l'ergonomie, de la fluidité de navigation, de son temps de chargement, etc.

Le géant Google met un point d’honneur à ce que votre site web offre à vos visiteurs une expérience de qualité, il en va de sa réputation de moteur de recherche numéro un. En ce sens, disposer d’une mauvaise user expérience pénalise parfois considérablement votre référencement naturel (SEO). Depuis Juin 2021, Google a déployé ses différents robots afin d’analyser les interfaces web et de propulser sur le devant de la scène celles offrant la meilleure expérience utilisateur. De ce fait, de nombreuses entreprises dont ce n'était pas la priorité se sont vues fortement pénalisées dans le classement, et beaucoup ont décidé de faire réviser leur interface en termes d’UX.

UX Research, première étape du processus de conception d’interactions

Dans le cadre de la création d’une interface, l’UX Research soit “User Experience Research” ou encore "la recherche utilisateurs” en français, fait référence à l’étude des utilisateurs à travers la combinaison de différentes méthodes d’investigation, soit la première étape de l’UX design. Ceci, dans le but d’obtenir des données claires et fiables sur les besoins des utilisateurs, afin de mettre en place une interface aussi intuitive que cohérente sujette à l’augmentation de votre taux de conversion, dans le but de vous faire profiter d’un référencement ainsi qu’un retour sur investissement avantageux. 

L’UX Research, c’est en fait placer l’utilisateur au centre du développement d’un site web, et d’adapter l’intégralité de sa stratégie de conception à  autour de lui. De plus, ceci facilite grandement le travail de l’UI Designer, chargé de la retranscription graphique et visuelle de la recherche UX. 

La recherche utilisateurs dans le but d’améliorer votre interface, c’est donc répondre à des questions essentielles telles que :

➡️  “Qui sont mes potentiels utilisateurs ?”

➡️  “Que sont-ils venus chercher sur mon site ?”

➡️  “Pourquoi, pour répondre à quel(s) besoin(s) ?”

➡️  “Qu’est-ce que mes produits ou mes services peuvent-ils leur apporter ?”

➡️  “Comment peuvent-ils avoir confiance en mon site web ?”

➡️  “Qu’est-ce qui les freine ?”

Et y répondre, non pas seulement avec sa propre subjectivité, son expérience et des hypothèses, mais à travers des données hiérarchisées et en concordance, qui offrent de véritables informations sur les motivations des visiteurs et la ligne directrice à définir pour viser juste. Il s’agira donc de concevoir une véritable stratégie axée sur l’empathie, afin de trouver des réponses au travers de résultats indéniables. 

La recherche UX peut être comparée au MVP (Minimum Viable Product). Pour rappel, le MVP est une version minimaliste d’une interface ou d’un produit permettant de tester sa pertinence sur le marché. Tout comme l’UX research, le Minimum Viable Product consiste à chercher ce dont les consommateurs ont besoin, à mieux appréhender votre cible ainsi que l’utilisation qui sera faîte du produit.

Cependant, c’est un processus long et fastidieux nécessitant de grandes connaissances en psychologie, analyse et marketing. En effet, c’est cette première étape clé du processus qui permettra à l’équipe de développement de concevoir un site au plus près des attentes de vos visiteurs, et donc de favoriser la prise de contact ou de vente, par la mise en avant inconsciente des call to action. De plus, cela viendra renforcer votre image de marque digitale et accroître votre taux de conversion grâce à l’agilité et à l’attrait de votre outil digital. Alors, elle ne doit pas être prise à la légère, et la mettre en application dans les règles de l’art est un véritable métier.

UX Researcher vs UX Designer

L’User experience research est le premier maillon de la chaîne UX qui va, comme énoncé précédemment, proposer des pistes de conception d’interface à travers l’analyse de résultats d’études, afin d’éviter une mauvaise interprétation des besoins et freins des utilisateurs cible.

Mais alors, qu’en est-il du métier d’UX Designer ? Pour rappel, celui-ci doit imaginer le scénario le plus adéquat en termes de parcours client / utilisateur et déceler tous les potentiels freins qui bloquent le prospect dans sa quête d’information et l’oblige à se diriger vers la concurrence. Mais là, vous allez me dire qu’il fait exactement la même chose qu'un UX researcher ? Et c’est ici que ça devient légèrement plus complexe. Un UX Designer peut avoir des qualifications d’UX Researcher et inversement, mais pas obligatoirement. L’UX Designer élabore généralement des personas. Ces personas seront définis à partir d’une représentation fictive assez poussée. L’UX Researcher, lui, interrogera de véritables personnes ciblées à travers un large choix de méthodes.

Dans la branche de l’UX Design, aucun processus n’est clairement défini. Chaque agence de développement a recours à sa propre méthode de gestion de projet, en fonction de la diversité des compétences de son équipe et de son organisation. Il n'y a aucune directive universelle et comme on dit, tous les chemins mènent à Rome, du moins à partir du moment où l’on a réussi à recueillir les infos nécessaires. Cependant, disposer de compétences UX Research en interne est un levier qui pèse dans la balance au niveau de la qualité des projets.

L’alliance de la recherche et du prototypage

Un UX Designer peut, de par ses qualifications en psychologie et marketing, donner ses recommandations pour la conception des prototypes sans être spécialisé en UX research, et donc sans obligatoirement se baser sur des données vérifiables et tangibles. Il se focalisera donc sur son expérience et sa perception de la situation, mènera des recherches pour comprendre l'état d'esprit des utilisateurs et résoudre les problèmes d’utilisabilité. Ceci, à l’aide de modèles mentaux, principes fondamentaux et autres. 

L’UX Researcher lui, sera spécialisé dans la découverte et l’étude de la cible mais avec des méthodes dîtes “qualitatives” et “quantitatives”. Ce profil est très recherché de par la pertinence des informations qu’il peut apporter. Il peut à lui seul éviter de concevoir une interface ou un produit inefficace et ainsi empêcher de recommencer entièrement un projet. Cela permettant une réduction des coûts, d'investissement et temps non négligeable. L’UX Researcher mène donc des recherches et met en place un périmètre d’étude en fonction des objectifs fixés par son client. 

En ce sens et au regard de ces éléments, l’UX Design et l’UX Research sont complémentaires, et l’alliance de  ces expertises peuvent avoir un véritable impact positif sur les projets. C’est par exemple, comme une neurologue et un ophtalmologiste essayant ensemble de trouver la pathologie d’un patient commun. Grâce à l’association de leurs facultés spécifiques, ils trouveront en synergie et beaucoup plus facilement les problèmes du patient, et se consulteront afin de lui fournir le traitement le plus adapté. Pour l’UX Researcher et l’UX Designer c’est le même principe : le chercheur va apporter une piste minutieusement élaborée ne laissant pas de place au doute, pour que le designer puisse s’en servir comme la clé de voûte des prototypes.

La recherche UX, utile à tout moment

Comme évoqué précédemment, il est judicieux de faire intervenir l’UX Researcher au démarrage du projet pour s'assurer de sa viabilité et de sa bonne orientation. Mais pas de panique si ça n'a pas été fait à ce stade, vous pouvez très bien le faire intervenir en cours de projet, ou bien même après pour une évaluation. En effet, il peut soumettre son expertise juste avant la  d’un projet ou d'un produit afin de s’assurer de sa pertinence

La recherche utilisateur peut également être un excellent levier dans le cadre de la refonte de votre interface web, afin de mettre en lumière les entraves du parcours utilisateur et apporter les corrections nécessaires pour que votre site puisse générer des leads. Enfin, la recherche utilisateur peut être véritablement pertinente dans le cadre d’un audit d’user experience, pour tester le plan fonctionnel et ergonomique de vos outils numériques (site web, application, CRM, ERP). En ce sens, la recherche utilisateur offre un axe d’optimisation et d’amélioration continu permettant de corriger les problèmes actuels de votre interface tout en anticipant les prochains. 

Dans le cadre d’un audit, la recherche utilisateur se base sur l’engagement, la perception et la satisfaction. En ce sens, elle permet l’analyse de votre interface par rapport à 7 critères fondamentaux :

 ➡️   L’utilité : votre interface répond-elle aux besoins des visiteurs ?

 ➡️   L’accessibilité : est-elle accessible sur tous les supports et le temps de chargement est-il optimal ?

 ➡️   La confiance : votre interface donne-t-elle confiance à vos utilisateurs et renvoie-t-elle une bonne image de votre entreprise ? (design / arborescence / contenu )

 ➡️   L'utilisabilité : votre interface est-elle facile à prendre en main pour les utilisateurs, le parcours est-il clair et intuitif ?

 ➡️   La désirabilité : votre expérience utilisateur est-elle attractive ?

 ➡️   L’adoption : est-ce que votre interface donne-t-elle envie de souscrire à votre offre / de se procurer votre produit / d’adopter votre service ?

 ➡️   L’investissement : votre interface et l’expérience qu’elle offre peut-elle être pérenne pour vos utilisateurs ?

Les différentes méthodes d’UX research

Après avoir défini en profondeur la place de l’UX research dans l’étude de l’expérience utilisateur, ainsi que la valeur ajoutée qu’elle peut apporter en termes de crédibilité, il s’agira maintenant de voir ensemble comme la mettre en application. En effet, la mise en œuvre de ce processus concis nécessite une approche structurée, au cours de laquelle plusieurs méthodes vont intervenir en synergie. Cela, permettant de faire ressortir de ces études les réels besoins et attentes de vos utilisateurs. 

La recherche qualitative

Cette approche dite “qualitative” permet à l’UX researcher d’appréhender le comportement des utilisateurs à travers des entretiens individuels, des user-tests et des focus group. Cela, pour répondre aux interrogations du “comment” et “pourquoi”, et en ce sens identifier en profondeur les points de blocage. Cette approche vise une catégorie précise et réduite de vos visiteurs pour une approche détaillée. Le fait de s'entretenir avec un panel cible préalablement choisi permet le recueil de ressentis spontanés sur les freins au bon déroulement de l’user experience, dans un cadre sécuritaire où le libre arbitre est le maître mot. Il permet également d’optimiser l’interface par des propositions d’axes d’améliorations sous entendues consciemment ou non durant les entretiens. 

Les tests d’utilisabilité, autrement appelés tests d’ergonomie, permettent d’identifier des problèmes d’utilisation de votre interface et ainsi pouvoir développer des solutions corrigées et optimales. Le test d’utilisabilité met donc en lumière le degré d’aisance avec lequelle un utilisateur maniera votre site web, le comprendra, le temps qu’il mettra à trouver les informations ou le produit qu’il cherche.

Le but de ces différentes méthodes est donc que l’utilisateur s’exprime librement sur ses émotions, et d’en faire ressortir des données au plus proche de la réalité. Cependant, la méthode qualitative a ses limites puisqu’elle est basée sur l’instant T, et donc l’humeur des participants peut impacter positivement comme négativement leurs réponses.

Les méthodes qualitatives

Il existe différentes approches pour mettre en application la recherche qualitative, parmis elles :

➡️  les interviews : méthode probablement la plus connue, elle permet de recueillir des réponses à des questions extrêmement visées.  Elle apporte donc des informations très pertinentes et utiles pour appréhender les besoins utilisateurs.

➡️  l’entretien ethnographique : intervenant notamment en phase de test d’interface, cette méthode permet d’observer l’utilisation que fait un individu d’une interface digitale, afin de mettre en lumière les freins qu’il rencontre.

➡️  la revue d’experts : principe similaire à l’ethnographie, mais ce sont cette fois-ci des experts qui testent l’interface afin de relever tous les points qui entacheraient la conception, la convivialité et l’accessibilité de l’interface. De plus, cela permet également de souligner les aspects positifs et innovants de la plateforme.

➡️  les groupes de discussion : comportant entre cinq et dix personnes, ces groupes sont l'occasion d’échanger et de débattre sur les besoins des utilisateurs. Au cours de ces discussions, les avis peuvent diverger et faire émerger les besoins individuels des participants.

Les études qualitatives permettent de tester très en amont la pertinence des idées et des prototypes, évitant ainsi un potentiel échec. Cependant, l’approche qualitative ne se suffit pas à elle-même et doit donc être accompagnée pour plus d’efficacité et de justesse, d’une autre considérée comme plus rationnelle  : l’approche quantitative

La recherche quantitative

Si le qualitatif répond au “pourquoi” et “comment”, le quantitatif est dirigé vers le “qui” et le “quoi”. Répondre à ces deux pronoms relatifs engendre le recueil de données cette fois-ci chiffrées et non basées sur l’aspect psychologique. Ces données seront orientées "habitudes de consommation" et dans le cadre d’une interface digitale, sur les habitudes d’utilisation. Ceci, permettant à l’UX Researcher d’obtenir des réponses courtes mais claires, et de pouvoir ainsi quantifier les avis. 

L’étude quantitative s’effectue à l’aide de deux outils : le sondage et/ou le questionnaire. Ces outils aux réponses oui/non ou choix multiples permettent de connaître l’âge, la catégorie socioprofessionnelle, les préférences et attentes, les habitudes en ligne, sans pour autant rentrer dans la profondeur de la pensée des interrogés.  Ils permettront également de mettre en lumière des régularités de réponses, de donner des explications à certains freins, de soulever de nouvelles questions et d’illustrer par la suite les données sous forme de graphiques ou de tableaux de statistiques

Les méthodes quantitative

Dans un processus de recherche utilisateurs, les méthodes quantitatives servent généralement à valider, invalider et quantifier les éléments recueillis lors des approches qualitatives. Parmis les méthodes les plus courantes il y a :

➡️  les enquêtes : le plus souvent sous forme de questionnaire oraux ou écrits, ces enquêtes recueillent uniquement ce qui est dit. Dans le cadre d’une interface, cela peut être en rapport avec leur habitude concernant le design, son temps de chargement idéal, l’organisation de l‘arborescence, etc.

➡️  l’A/B Testing : utilisé généralement lorsqu’il existe deux prototypes ou deux variantes d’interface, ce test laisse des utilisateurs en juger pour vous. Cependant, pour avoir un résultat clair, il ne faut pas moins d’une trentaine d'interrogés. 

Le processus détaillé de recherche

Afin de réaliser une recherche intelligente, l’UX researcher doit suivre un processus rigoureux. Celui-ci lui permettra d’acquérir les réponses et suggestions les plus pertinentes que possible. Pour cela, il s’agira donc d’allier les différentes méthodes énoncées précédemment de manière subtile, afin de créer un enchaînement cohérent et réaliser une identification complète des besoins. Une agence de développement ayant en interne d’un designer qualifié en UX Research dispose d’un gros avantage concurrentiel. En effet, grâce à cette compétence supplémentaire, elle pourra faire bénéficier ses clients d’un retour sur investissement optimal.

La stratégie de recherche des designers

La première étape de ce cheminement est cruciale. Les designers pratiquant l’UX Research pourront vous affirmer que réussir les paris d’une UX research efficace réside tout d’abord dans cette première partie. En effet, en collaboration avec l’équipe de développement et l’entreprise cliente, l’UX Designer va identifier les objectifs précis de recherche, afin de pouvoir les intégrer tout au long de sa méthodologie. Faire une recherche sans objectifs définis préalablement revient à chercher quelque chose sans savoir réellement ce que c’est. 

C’est donc sur ces objectifs que reposera l’intégralité de la stratégie dont vont découler ou non vos bénéfices et votre ROI. Mais c’est également de ces objectifs que vont arriver les questions à poser aux utilisateurs et ainsi le rapport entre chaque test. De ce fait, les tests devront s’enchaîner dans un ordre cohérent et chacun d’entre eux devra apporter une réponse en lien avec les objectifs.

La planification des examens

Une fois les objectifs définis et la stratégie bien pensée, il faudra donc passer à la planification de chaque test, ainsi que celle de tous les éléments nécessaires à l'organisation. Pour cela, l’élaboration d’un plan de recherche est le moyen le plus efficace d’y parvenir. Ce plan, dont toutes les parties prenantes connaissent l'existence et pouvant être perçu comme le “cahier des charges” de la recherche, devra comporter tous les éléments nécessaires aux données des utilisateurs, leur recrutement, les objectifs de recherche, le budget, les échéances, les différents questionnaires, le choix des techniques, les outils utilisés etc. C’est avec l’aide de ce plan que les différentes parties s’assurent être d’accord et en phase avec la marche à suivre du déroulement.

 Le déroulement de la recherche

Une fois le plan terminé, il s’agira d’entrer dans le vif du sujet et d’exécuter les différentes méthodes préalablement choisies pour recueillir les précieux sésames que sont les réponses des participants. 

L’analyse des données et leur présentation 

C’est enfin le moment pour l’UX designer de tirer ses conclusions et d’en informer les autres membres du projet de développement. Il s’agira donc pour lui et après analyse des résultats, de rédiger des recommandations concrètes en les justifiant en profondeur par des informations utilisateurs. Pour cela, il peut séparer des résultats en quatre catégories :

➡️  les expériences : il faut contextualiser le moment et le recueil d’information (entretien ou questionnaire ?). Que s’est-il concrètement passé ?

➡️  les faits : c’est grâce à l’expérience que l’UX Researcher va pouvoir justifier des faits. Les faits sont ce qu’il a trouvé par rapport à l'expérience vécue, et ne doivent en aucun cas s’appuyer sur les suppositions ou son opinion personnelle. Les faits sont donc la parole indirecte des utilisateurs.

➡️  les insights (idées) : c’est ce qui est venu à l’esprit du researcher pour résoudre les problèmes énoncés dans les faits. Plusieurs faits peuvent être associés dans le but de résoudre un problème commun, et deux idées novatrices peuvent également être fusionnées pour être encore plus pertinentes.

➡️  les recommandations : c’est le moment où le designer va présenter de manière concise et hiérarchisée ses recommandations complètes et voir s'il a réussi ses paris avec les clients comme avec l’interface en elle-même. Il est important qu’il détaille tous les aspects au maximum pour s’assurer d’une crédibilité maximale.

Les recommandations sont le plus souvent présentées sous forme de guide d’animation, et des personas sont créés à cet effigie afin de mieux communiquer aux équipes les attentes utilisateurs. Enfin, les informations recueillies dans la recherche peuvent ouvrir le champ à un nouveau marché et  de nouvelles opportunités puisqu’elles peuvent mettre en lumière un besoin et/ou un attrait qui étaient jusque-là encore inconnus.

Vous avez la moindre question au sujet de l'UX Research ? Vous recherchez une équipe d'experts à qui faire part de votre projet de développement web ? Contactez-nous dès maintenant afin que nous en discutions.