Blog
Blog
Blog
Blog
Méthode agile VS méthode waterfall : laquelle choisir pour votre projet web ?

A travers nos articles, notre mission est de vous éclairer autour de nos savoir-faire en web et nos connaissances du digital. Raconter nos métiers nous semble être un bon moyen de partager notre passion avec vous. Que vous soyez novice ou expert du web, que vous soyez web friendly ou webophobe, notre ambition est d'intéresser le plus grand nombre et d'apporter des réponses dans chacun de nos articles.

11 décembre 2023 separateur 377 Vues separateur 7 MIN DE LECTURE
Méthode agile VS méthode waterfall : laquelle choisir pour votre projet web ?

Nous savons tous que la vie est faîte de choix. Et que chaque choix que nous faisons mène à une destinée différente. En effet, chaque choix entraîne une conséquence sur les actions à venir, et se répercute positivement comme négativement sur notre vie selon le chemin que nous aurons décidé de prendre. Dans le monde professionnel, les choix ont également un grand impact sur notre situation comme sur celles de nos collaborateurs. Pour déterminer les choix les plus pertinents dans une gestion de projet, des pointures de l’organisation ont mis en place des méthodes redoutables. Parmi les plus reconnues se trouvent la méthode agile et la méthode dite “waterfall”, très utilisées dans le domaine du développement web. Cependant, selon les contraintes spécifiques des projets, il sera plus judicieux d’utiliser l’une ou l’autre. Découvrons ensemble dans cet article comment utiliser ces deux méthodes à bon escient, et dans quel cas de figure l’une est plus propice à employer que l’autre.

Méthode waterfall : pour un projet scrupuleusement supervisé

Histoire et utilité de la Méthode Waterfall dans le développement web

La méthode Waterfall, nommée ainsi pour sa structure séquentielle rappelant une forme en cascade, est une des plus anciennes méthodologies de gestion de projet. Apparue tout d’abord dans les domaines de la construction et de l'industrie, cette approche a trouvé un terrain fertile dans le développement web, en particulier pour sa clarté et sa prévisibilité. Elle est donc l’allié de ceux qui souhaitent suivre avec attention chaque étape de réalisation de projet.

Dans le monde numérique, où la complexité et le changement de dernière minute sont monnaie courante, la méthode Waterfall trône en reine par sa simplicité. Imaginez votre projet web comme la construction d'un bâtiment. Avant de poser la première pierre, vous devez avoir un plan complet, des fondations au toit. Avec ma méthode Waterfall, c’est un peu la même chose. En effet, elle impose une planification détaillée avant le début du développement : chaque étape, de la conception à la mise en ligne, est prédéfinie et s'effectue de manière linéaire. Ce qui signifie que vous ne pouvez ni brûler, ni superposer une étape. Pour passer à la tâche suivante de votre projet, vous devez d’abord avoir validé l’étape en cours.

Waterfall, une méthode controversée

Si certains considèrent que Waterfall peut être un frein à l’agilité d’un projet, d’autres sont persuadés que cette méthode est la clé pour une gestion de projet sans encombre, puisque les erreurs sont détectées directement et non à la fin de développement.  Dans les projets où les besoins sont bien définis dès le départ, où les modifications en cours de route sont minimes, Waterfall est un véritable atout. Elle permet une gestion rigoureuse du budget, des délais et des ressources. Pensez à un site web corporate d'une grande organisation, par exemple, où le contenu et la structure sont clairs dès le début. Ici, Waterfall assure que le projet se déroule comme sur des roulettes, avec chaque phase soigneusement exécutée l'une après l'autre.

En résumé, si votre projet web ressemble à un puzzle dont vous avez toutes les pièces dès le départ, la méthode Waterfall est votre alliée. Elle garantit une approche systématique, sans surprise, où chaque phase du projet est traitée avec minutie et précision, menant à une interface digitale conforme aux attentes initiales.

Les principes clés de la méthode en cascade

La méthode Waterfall, à la structure linéaire et séquentielle, traite votre projet étape par étape, d’où l’allégorie de la cascade qui s’écoule sur les différents paliers avant d'atterrir à la source. Cette méthodologie est donc définie par des phases distinctes et ordonnées, chacune devant être complétée avant de passer à la suivante. Comprendre ces principes clés est essentiel pour saisir son utilité dans le développement de projets web et savoir si cette méthode correspond au vôtre.

1. Phase d’analyse des besoins

Tout commence par une phase d'analyse approfondie du besoin, comprenant le comportement des potentiels utilisateurs, les tendances du secteur d’activité et les attendus de l’interface web. Cela implique de définir clairement les exigences du site, les objectifs du projet, et les fonctionnalités attendues. Cette étape est cruciale car elle établit les fondations solides sur lesquelles va reposer l’intégralité de votre projet digital. Il faut donc traiter cette étape avec attention, et s’assurer qu’elle soit vraiment complète avant de passer à l’étape suivante.

2. Phase de conception

Une fois les besoins des utilisateurs comme du client analysés, il est temps de passer à la phase de conception. Cette phase inclut la création des wireframes, des maquettes, et des spécifications techniques. Dans cette phase, la méthode Waterfall offre l'avantage de définir avec précision l'architecture du site, son design, et sa structure avant toute programmation.

3. Implémentation

Avec un plan bien établi en main, les développeurs entament la construction du site. Dans Waterfall, cette phase est souvent linéaire et prévisible, ce qui facilite la gestion des ressources et le respect des délais.

4. Vérification et testing

Après le développement de votre interface ou votre logiciel, vient la phase de test. Ici, la méthode Waterfall permet de s'assurer que le site fonctionne conformément aux spécifications initiales. Cette étape est essentielle pour garantir la qualité et la performance de votre site web avant son lancement.

5. La maintenance

Enfin, une fois le site lancé, la dernière phase de Waterfall est la maintenance. Cette étape inclut la correction de bugs, les mises à jour, et l'amélioration continue du site. Il est fortement recommandé de souscrire un contrat de maintenance avec l’agence ayant développé votre projet. En effet, elle connaîtra déjà votre interface et sa technologie dans les moindres détails et pourra rapidement détecter les potentielles failles, et exécuter les mises à jour. Elle sera également en mesure de vous suggérer des améliorations long termes, ayant suivi le projet et son avancée dès le point de départ.

Dans le développement web, la méthode Waterfall est particulièrement utile pour des projets aux exigences claires et stables, où les changements en cours de projet sont peu probables ou minimes. Elle convient parfaitement aux projets à grande échelle, comme les sites e-commerce complexes ou les applications web nécessitant une planification détaillée et une approche méthodique.

En résumé, Waterfall est une méthode éprouvée qui offre structure, prévisibilité et un contrôle rigoureux du processus de développement. Pour les projets web nécessitant une planification minutieuse et une exécution linéaire, Waterfall reste LA méthode.

Méthode Agile : pour jongler entre deadline et contretemps

L’origine de la méthode Agile

L'odyssée de la méthode Agile commence dans les années 1990, dans un contexte où le monde du développement web et logiciel était en pleine effervescence. Les développeurs et les chefs de projet cherchaient une alternative aux méthodes traditionnelles, jugées trop rigides et lentes, notamment face à l'évolution rapide des technologies et des besoins des utilisateurs. 

C'est dans ce bouillonnement d'idées que l'Agile a émergé, une révolution qui allait transformer la manière dont on aborde la création de logiciels et de sites web. L'Agile, dans son essence, est née d'une volonté de mettre l'accent sur la flexibilité, la collaboration, et la capacité à s'adapter aux changements rapidement. 

Le Manifeste Agile, publié en 2001, a formalisé ces principes, posant les bases d'une méthodologie qui privilégie les individus et les interactions plus que les processus et les outils, le logiciel fonctionnel plus que la documentation exhaustive, la collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle, et l'adaptation au changement plus que le suivi d'un plan.

La méthode Agile, leader dans le développement web

Dans le développement web, l'impact de l'Agile a été particulièrement significatif. Avec des technologies et des tendances qui évoluent à une vitesse vertigineuse, la capacité à s'adapter et à répondre rapidement aux besoins changeants est devenue cruciale. L'Agile a offert aux développeurs web et aux équipes projet une flexibilité sans précédent, permettant une approche plus itérative et incrémentale du développement.

Les sprints, qui sont des cycles de développement courts et concentrés, sont devenus la marque de fabrique de l'Agile. Au lieu de planifier votre projet dans son intégralité avant de commencer le développement, l'approche Agile divise le projet en petits morceaux gérables, permettant des réajustements réguliers en fonction des retours des clients et des utilisateurs.

Cette souplesse a permis de produire des sites web plus alignés sur les attentes réelles des utilisateurs finaux, tout en réduisant les risques et les coûts associés aux changements tardifs dans le développement.

En résumé, l'Agile a révolutionné le développement web en offrant une méthode dynamique, centrée sur l'utilisateur, et résolument tournée vers l'adaptabilité. C'est une réponse directe aux limites des méthodes traditionnelles, une évolution naturelle dans un monde numérique en constante mutation.

Les principes clés de la méthode Agile

La méthode Agile, avec son approche flexible et itérative, repose sur des principes fondamentaux qui la rendent particulièrement adaptée au monde en constante évolution du développement web.

1. Flexibilité et adaptation

➡️ Réactivité aux changements : Contrairement à Waterfall, l'Agile accueille le changement, même tard dans le développement. Et comme vous vous en doutez, cela peut être relativement utile quand des contraintes s’ajoutent au bon déroulé du projet. Cela permet aux équipes web de s'adapter rapidement aux nouvelles exigences ou modifications, une capacité précieuse dans un domaine où les tendances et les technologies évoluent aussi rapidement que l’éclair.

➡️ Planification flexible : Les plans ne sont pas gravés dans la pierre. Ils sont révisés régulièrement, permettant une réorientation aisée en fonction des retours des clients ou des découvertes faites en cours de projet.

2. Développement itératif et incrémental

➡️ Sprints et livraisons continues : L'Agile favorise un développement par sprints, de courtes périodes durant lesquelles des objectifs spécifiques sont atteints. Cela conduit à des livraisons continues de petites parties fonctionnelles du projet, offrant une vision concrète de l'avancement et permettant des ajustements en temps réel.

➡️ Focus sur le produit minimum viable (MVP) : L'Agile met l'accent sur la création rapide d'un produit minimal viable, puis son amélioration itérative. Cela est particulièrement efficace pour tester des idées sur le marché rapidement et avec peu de ressources temporelles et matérielles.

3.  Collaboration et communication

➡️ Travail d'équipe et implication du client : La méthode Agile encourage une collaboration étroite entre les développeurs, les designers et les clients. Cette interaction continue assure que le produit final corresponde à vos attentes ainsi qu’à vos besoins réels.

➡️ Transparence et feedback continu : Les réunions régulières et les démos de fin de sprint garantissent une communication ouverte et un feedback constant, vital pour l'alignement et la qualité du projet.

4. Amélioration continue et apprentissage

➡️ Retrospectives et ajustements : Après chaque sprint, les équipes de développement web évaluent ce qui a bien fonctionné et ce qui peut être amélioré sur votre projet, favorisant ainsi un processus d'amélioration continue, connu sous le nom de CRO - Conversion Rate Optimization.

➡️  Apprentissage et adaptation : Chez Kwantic, nous sommes intimement convaincus que chaque projet est une opportunité d'apprendre et de s'adapter, non seulement techniquement, mais aussi dans les méthodes de travail et les interactions d'équipe.

En conclusion, les principes de l'Agile offrent une approche dynamique et adaptable, idéale pour le développement web où les exigences peuvent changer rapidement et où la rapidité de mise sur le marché est souvent critique. Cette méthode favorise l'innovation, la collaboration et l'adaptabilité, des qualités essentielles pour réussir dans l'écosystème web actuel.

Comparaison de la méthode waterfall versus méthode agile

La méthode dépend du type de projet

La sélection de la bonne méthodologie de gestion de projet est essentielle pour le succès de votre projet web, car chaque méthode possède des attributs uniques qui peuvent influencer l'issue d'un projet. L'approche linéaire de Waterfall et l'adaptabilité de l'Agile offrent des avantages distincts qui méritent une analyse comparative minutieuse.

Les projets web varient considérablement, allant des sites vitrines statiques aux applications web dynamiques complexes. La méthode choisie doit s'aligner avec la complexité, la taille, et la dynamique de modifications du projet.

Waterfall est idéal lorsque les exigences du projet sont bien définies et peu susceptibles de changer. Dans les cas où la conformité à des normes strictes est requise, la documentation approfondie et la structure de Waterfall sont avantageuses.

L'Agile convient mieux aux projets qui doivent s'adapter à des changements ou à des ajouts de fonctionnalités en cours de développement. Les projets qui bénéficient d'un feedback régulier et d'une collaboration étroite avec les clients tireront avantage de la nature itérative de l'Agile.

Une comparaison directe

➡️ Gestion du temps et des coûts : Waterfall peut être plus prévisible en termes de coûts et de délais, tandis que l'Agile, grâce à sa flexibilité, peut souvent aboutir à une meilleure optimisation des ressources.

➡️ Gestion des risques : Waterfall traite les risques en amont, lors de la phase de planification. En revanche, l'Agile aborde les risques de manière continue, ce qui peut permettre une identification et une mitigation plus rapides des problèmes émergents.

➡️ Qualité du produit final : La qualité dans Waterfall est souvent vérifiée à la fin, alors que l'Agile permet une évaluation continue de la qualité grâce aux tests réguliers à chaque itération.

En pesant ces facteurs, les gestionnaires de projets et les développeurs web doivent aligner leurs choix avec les objectifs du projet, les attentes des clients, et la nature dynamique du web. Le défi n'est pas seulement de choisir entre Agile et Waterfall, mais de comprendre comment les principes de chaque méthode peuvent être appliqués pour maximiser la valeur livrée au client et les chances de succès du projet.